« Aujourd’hui j’ai 17 ans, je suis en 4e mécanique et je travaille sur le côté. »

photo-jeune-slideshow
Nous avons trouvé un logement de transit
8 novembre 2016
temoignage-la-syrie-est-devenue
« La Syrie est devenue un pays très dangereux à cause de la guerre. »
6 décembre 2016

« Aujourd’hui j’ai 17 ans, je suis en 4e mécanique et je travaille sur le côté. »

exil-chemin

Asif – Afghanistan

Arrivé seul en Belgique à 14 ans.



Aujourd’hui j’ai 17 ans, je suis en 4e mécanique et je travaille à côté.



Je suis né en Afghanistan. J’y vivais avec mon oncle, ma tante, ma sœur et mes cousins. Nous avions beaucoup de problèmes avec les Talibans et les militaires. C’était très dangereux, c’est pourquoi j’ai dû fuir mon pays. J’étais seul, j’avais 14 ans.

Mon exil a duré trois mois : je suis passé par l’Iran, la Turquie et la Grèce avant d’atteindre la Belgique. A l’aéroport, on m’a envoyé dans un centre fermé, dans lequel j’ai passé un mois. Une fois libéré, on m’a transféré dans un centre d’accueil pendant deux mois, puis dans un autre où j’ai passé un an.

Durant cette période, j’ai rencontré un jeune Afghan avec qui je me suis lié d’amitié. Ce dernier m’a parlé de Mentor-Escale en me disant que là-bas, il y avait des gens qui pouvaient m’aider pour les différentes démarches administratives et pour m’installer à Bruxelles.

Mentor-Escale m’a surtout aidé pour toute cette phase d’installation. Au début, je venais beaucoup pour poser des questions et parler avec les travailleurs. J’avais beaucoup de mal à comprendre à cause de la langue. Une éducatrice m’a aussi aidé pour trouver une école et m’y m’inscrire.

Aujourd’hui, j’ai 17 ans, je parle et comprends très bien le français. Je suis en 4e mécanique et je travaille sur le côté. Bien que je n’aie pas beaucoup de temps en ce moment, je viens de temps à autre à Mentor lorsque j’ai besoin d’une aide, d’un renseignement ou juste pour dire bonjour.

Lorsque je pense à l’avenir, je pense avant tout à finir mes études. J’ai du mal à me projeter car on ne sait jamais quand la mort peut arriver. Je pense aussi souvent à ma sœur restée à Kaboul. Elle a deux enfants et j’ai du mal à me souvenir de leurs visages. Mais actuellement, je n’envisage pas du tout de repartir en Afghanistan, la peur et de danger y sont trop grands. »


Retour aux témoignages